Bref, j'ai eu la visite des témoins de Jéhovah




Mercredi matin, alors que j'étais dans ma popote du midi, on sonne à ma porte. Pensant que c'était le livreur de CO-OP qui venait déposer mes courses (voir le billet “Bref, je fais mes courses en ligne”), j'ouvre toute guillerette à l'idée de pas avoir les bacs réfrigérés à conserver dans ma cuisine pendant toute une semaine (pour une fois que je ne bossais pas un mercredi matin !).


Vous le connaissez le conseil qui dit de toujours regarder par l’œil de bœuf avant d'ouvrir ? Et bien, j'aurais peut-être du le suivre. Quel ne fut pas ma surprise en apercevant deux femmes tout sourire devant ma porte au lieu d'un monsieur avec des caissons ! Et quel ne fut pas ma déception en comprenant de quoi il s'agissait !


A peine ai-je ouvert la porte, torchon à la main, que la plus jeune des deux me demande si elles ne me dérangent pas. C'était une femme d'une quarantaine d'années, bien maquillée et coiffée, portant un élégant manteau beige et un sac à bento rempli de prospectus. Je lui réponds alors que je suis en train de préparer à manger, mais que j'ai bien cinq minutes devant moi.


Ni une ni deux, elle dégaine un petit dépliant vert de son sac, et me demande si je comprends le Japonais. Bien que ma réponse soit mitigée, cela ne semble pas la déstabiliser plus que cela, puisqu'elle commence à me parler du but de sa visite. De ce que je comprends, il y aura un rassemblement le 10 avril dans le paté de maison pour découvrir en détail l'activité de son association caritative. Parce que oui, pour moi deux femmes d'âge mur, plutôt bon chic bon genre, qui distribuent des prospectus sur lesquels il y a des personnes dans un champ avec des éléphants, sont soient des représentantes pour une asso qui s'engage dans le développement durable (le champs, la verdure, les éléphants, c'est plutôt évident non ?!), soient des bénévoles chargées de récolter des fonds pour les pays sinistrés ou sous-développés (la Philippine avec ses feuilles de thé et le petit garçon avec son cheval là, c'est pas pour rien qu'on les a mis sur le papier si?!). Rien que le titre du dépliant appelle à construire une terre meilleure : « vivons ensemble au paradis » ! Ajoutez à cela le fait qu'il y ait beaucoup de personnes non asiatiques représentées sur le prospectus et vous comprendrez sans mal que j'ai immédiatement pensé à une association caritative d'envergure internationale. Chouette, moi qui voulais faire des gâteaux pour les enfants malades ou déshérités, c'est peut-être une aubaine !



(Photo : Le dépliant de “l'association”)



C'est en commençant à lire le dit prospectus où il était marqué « iesu » et « ehova no shônin », littéralement « Jésus » et « témoins de Jéhovah », que j'ai commencé à comprendre la teneur du message : les petits éléphants, les grandes plaines, c'est une image du paradis perdu auquel on peut avoir accès si on se laisse endoctriner guider par la “voie de la sagesse”.


Et je pense que ma prise de conscience a dû se voir sur mon visage, puisque la gentille dame m'a demandé si ça allait et si j'avais vraiment le temps de parler. Ce à quoi, j'ai répondu un joli « heu… » plein d'assurance.


Voyant ma gène/non réaction/peur-de-me-faire-avoir-dans-une-langue-que-je-ne-maîtrise-pas, elle passe alors le relais à sa collègue, une sexagénaire également parfaitement permanentée, qui commence à me montrer une jolie vidéo sur sa tablette tactile.


Le moins que l'on puisse dire c'est qu'on ne lésine pas sur les moyens avec les témoins de Jéhovah japonais ! Paysages de plaines verdoyantes en contre-plongée qui ont dû coûter bonbon en réalisation Photoshop et PAO, tablette ultra-moderne pour prêcher la “bonne parole”, émissaires tirées à quatre épingles, on est loin des derniers représentants que j'ai croisés en France qui avaient en tout et pour tout une pauvre mallette noire et trois dépliants pour « m'apporter la lumière ».



Malheureusement, après quelques secondes, la séquence d'un prêtre bizarre qui se prend pour Donald Trump à son pupitre, et celle de gentils petits enfants gambadant dans des champs, le tout dans un Japonais auquel je n'ai pas tout compris, la mamie est obligée d'arrêter la vidéo.


Je ne sais pas si c'est Dieu, Satan ou simplement la physique qui a fait rentrer l'eau de mes pâtes en ébullition, mais le débordement de ma casserole et le gentil juron français que j'ai lancé a servi à leur faire conclure que j'étais vraiment occupée et qu'il fallait mieux que j'aille de moi-même regarder sur internet le contenu de leur divin message que de me le prêcher en direct.


C'est donc avec les traditionnelles salutations de fin de transaction commerciale qu'elles ont quitté mon palier, me laissant dubitative avec mon torchon et mon petit prospectus en main.



“Dubitative” est bel et bien l'adjectif qui me qualifiait le mieux à ce moment-là. Je dois vous avouer que je n'aurais jamais pensé voir un jour des témoins de Jéhovah sonner à ma porte au Japon. Dans un pays où les chrétiens ne représentent qu'1 à 2 % de la population totale, je n'avais pas imaginé une seule seconde qu'il puisse y avoir des adeptes de ce mouvement en activité ici.


Vous vous en doutez, cette histoire de secte m'a intriguée. Je suis donc allée sur internet. Non pas pour consulter les horaires du meeting du 10 avril comme les charmantes dames me l'avaient conseillé, mais pour me renseigner sur les activités de leur secte au pays du soleil levant. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les résultats de ma recherche sont surprenants !



(Photo : La page d'accueil du site de l'organisation au Japon…. on leur donnerait limite le Bon Dieu sans confession ! (source : JW.org.jp))



Se réclamant du christianisme, les témoins de Jéhovah prônent une relecture de la bible selon laquelle tout ce qui est dit dans le premier testament est factuel. En gros, Jésus a réellement marché sur l'eau et multiplié les pains. Comme dans toutes les versions chrétienne du livre saint, nous sommes sur Terre car Adam et Eve ont été tentés par Satan (toujours cette bonne vieille histoire de pomme !), mais comme Dieu est bon, il a mis au point un plan en plusieurs parties pour sauver l'Homme. Je ne veux pas vous spoiler, mais dans le dernier épisode de cette version, Dieu aka Jéhovah supprime tous les gouvernements humains et recrée le paradis sur Terre.


L'impact de cette doctrine sur notre société actuelle ? Pour respecter les engagements divins, il est exclu de “faire partie” du monde. En somme, il est interdit d'appartenir à un parti politique, de faire son service militaire, ou plus généralement d'adhérer à quelque organisation gouvernementale que ce soit. Ajoutez à cela le fait que ce mouvement encadre fortement la vie de ses adhérents, et vous comprendrez aisément pourquoi on parle de “secte” lorsque l'on évoque ce courant religieux.



Et au Japon ? Apportée des États-Unis en 1926 par Akashi Junzô, un selfmade manjaponais immigré aux USA, la secte alors connue sous le nom de Todaisha, littéralement “maison de la lumière”, se voit complètement détruite à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale lorsqu'Akashi est évincé de l'organisation après s'être pris pour Dieu le père lui-même. Il faudra alors attendre les années 1950 pour que de nouveaux missionnaires arrivent des USA et fondent le mouvement que l'on connaît aujourd'hui.


Avec plusieurs centres d'accueil dans le pays, tel qu'à Yokohama, Osaka, Sendai ou encore Kobe, ce mouvement religieux est l'un des rares a ne pas avoir décliné au Japon en nombre de sympathisants. Il connaît même une poussée phénoménale dans les années 1970 à tel point qu'1994, le nombre de personnes se revendiquant de Jéhovah a dépassé celui des personnes se disant de religion protestante !


Selon les statistiques de l'organisation elle-même, on comptait 215 292 témoins dans l'archipel en 2014, contre plus d'un million aux États-Unis. Et surprise ! La même année, ils étaient le double au Japon de ce qu'ils étaient en France, où la culture religieuse est pourtant fondée sur le christianisme (oui nous sommes un pays laïque aujourd'hui, mais on ne refait pas l'histoire les amis, désolée).



(Photo : L'ascension fulgurante des témoins de Jéhovah au Japon (source : Wikipedia.jp))



Pourtant, la stratégie d’enrôlement au Japon est la même que dans les autres pays : on appelle à une relecture du livre saint, en favorisant des sessions de lecture collective et d'explications de texte. En gros, on vend du catéchisme à la sauce Jéhovah, à la différence que l'enseignement est ici intrusif dans la vie quotidienne. En effet, on pousse les futurs adhérents à respecter chez eux certains principes de vie, et à participer activement aux activités de l'organisation.


Et cela semble fonctionner ! Selon le sociologue américain Jack.E Nelson, auteur de l'excellent papier Jehovah’s japanese Witnesses: Growth, Conflicts and Prospects of a Transplanted American New Religion (disponible en VO dans la partie “sources” du billet), on estimait à 33 % le nombre de témoins de Jéhovah au Japon effectuant au minimum 90h par mois d'actions sociales dans l'organisation à la fin des années 1990. Surprenant, quand on sait que les autres partisans chrétiens du pays ne vont pas à l'église plus que ça.



La raison d'un tel succès sur le sol japonais ? Le public de la secte !


En effet, la majorité des personnes endoctrinées sont des femmes… qui travaillent à mi-temps. Elles représenteraient 70 % des adeptes à mettre à profit leur temps libre pour l'organisation, considérée au début comme un simple loisir. Les travailleuses à temps partiel et les femmes au foyer sont véritablement des membres importants pour l'avenir de la secte. L'épouse étant le pilier autour duquel toute la vie domestique japonaise s'articule, l'ensemble du foyer vivra alors selon les règles de Jéhovah. Les enfants étant éduqués et socialisés dans ce contexte deviendront donc tout naturellement de futurs membres de l'organisation à l'âge adulte. Du pain béni pour un mouvement qui se veut expansionniste.


Le second profil type du témoin de Jéhovah japonais est celui du jeune salaryman en manque de reconnaissance sociale, pour qui un poste prestigieux au sein de l'organisation serait aussi satisfaisant qu'une belle carrière dans une entreprise lambda. Et cela, la secte l'a bien compris puisqu'elle propose aux jeunes hommes un réseau d'entraide fortement implanté dans les milieux porteurs de l'industrie nipponne. De belles promesses d'opportunités professionnelles donc pour ces salarymen s'ils décident d'adhèrer au mouvement.



Fun fact ? Bien que les témoins de Jéhovah soient étonnement bien implantés au Japon, ils ne jouissent pas d'une bonne presse sur le territoire. En effet, la secte fait régulièrement la une des tabloïds nippons à cause de son rejet de la transfusion sanguine, et l'opposition entre voix religieuse et voix médicale, ayant ici un haut degré de crédibilité, contribue à la mauvaise publicité de l'organisation dans l'archipel.







Conclusion 


Alors meeting ou pas meeting pour moi le 10 avril ? La partie la plus curieuse de moi-même, celle qui me pousse à m'intéresser à tout, et qui a été façonnée en fac de sciences humaines pour cela, aimerait y aller pour avoir l'opportunité d'interroger des personnes sur le pourquoi du comment on peut tomber dans une secte chrétienne dans un pays bouddhiste. Néanmoins, l'autre partie de moi-même, la partie raisonnable de Miss Frenchy Japan, celle qui me dit qu'étant isolée, avec peu d'amis, dans un pays dont je ne maîtrise pas la langue reviendrait à être du pain béni pour ce genre d'organisation, m'interdit d'y mettre les pieds. Dans mon cas, la raison étant toujours plus forte que la passion, je n'irai donc pas au meeting du 10 avril. Il faudra donc que je trouve un autre moyen d'assouvir ma soif de connaissances. Oh attendez ! Je crois que j’ai déjà trouvé (^_^)




Sources :


*Articles


→ NELSON, Jack E., « Jehovah’s japanese Witnesses Growth, Conflicts and Prospects of a Transplanted American New Religion », Japanese Christan Review, n°62, 1996, p. 30-52.


[En ligne] à l'URL : https://nirc.nanzan-u.ac.jp/nfile/4151.


→ WIKIPEDIA (coll.), « エホバの証人 », wikipedia.jp, date inconnue. [En ligne] à l'URL:https://ja.wikipedia.org/wiki/%E3%82%A8%E3%83%9B%E3%83%90%E3%81%AE%E8%A8%BC%E4%BA%BA.


*Sites


→ Site japonais des témoins de Jéhovah : https://www.jw.org/ja/.


→ Site de l'Association des Médecins au Japon :http://www.med.or.jp/doctor/member/kiso/d3.html.






PS: Je tiens à signaler que je ne fais EN AUCUN CAS la pub ou l'apologie de cette secte ! Ni d'aucune religion d'ailleurs. Je suis pour la liberté d'expression et la liberté de penser. Ce que j'écris sur ce blog est à prendre dans un but culturel et informatif uniquement. Si je devais prêcher un jour quelque chose, ça serait l'apologie du fromage et de la sieste le dimanche après-midi, rien d'autre. Merci de votre compréhension.


PS2 : A toutes les personnes qui voudront laisser un commentaire sur cet article : vous êtes bien entendu les bienvenus, mais n'oubliez jamais que les autres lecteurs lisent aussi vos propos. C'est pourquoi, je vous demanderai de ne pas laisser de commentaires haineux en regard de quelle que religion que se soit. Les mots font mal et certaines personnes pourraient être blessées. Chacun est libre de choisir la vie spirituelle qu'il souhaite, et savoir le respecter, même sur internet, c'est important. Merci d'avance.


#japon #blogjapon #blogasie #missfrenchyjapan #témoinsdejéhovah #jéhovah #témoinsdejéhovahjapon #jéhovahjapon #sectesjapon #religionsjapon #jéhovahasie #témoinsdejéhovahasie #porteàportejapon #jéhovahtokyo #sectestokyo

37 vues
  • Instagram - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Facebook - White Circle

© 2015 Blog Miss Frenchy Japan, Web Designer Murakami Akihito

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now