Bref, j'ai testé les cosmétiques d'un Drug Store japonais.





Aujourd'hui, j'ai eu envie de tester les cosmétiques japonais. D'une part parce que j'avais envie de changer de maquillage (on arrive en Hiver donc il faut changer de couleurs !) et d'autre part parce que les Japonaises et les cosmétiques c'est une véritable histoire d'amour.


Dans le pays number 1 de la conso de cosmétiques, je n'avais donc que l'embarras du choix pour assouvir mon envie de poudre de perlimpinpin et de gloss glossy-glossy.


Oubliez de suite les grandes enseignes de parfumerie comme on peut trouver en France, ici ça n'existe pas ! La solution ? Si vous privilégiez les marques de luxe (Chanel, Dior, …), ou juste “occidentales” (Clinique, NARS, Urban Decay…), orientez-vous vers les Grands Magasins. Les Grands Magasins japonais c'est un peu l'équivalent de leurs homologues français. A l'étage des cosmétiques il n'y a pas vraiment de boutiques: chaque marque a son propre “stand” où les produits sont exposés. Les prix sont eux aussi homologues aux prix que l'on peut trouver en France, peut-être même un peu plus élevé. Par exemple, une CC cream de la marque Clinique sera au alentour de 27 euros chez Sephora alors qu'elle sera entre 30 et 32 euros dans un Grand Magasin comme la Seibu. La différence ? La vendeuse hyper casse-noix qui salue chaque client qui passe devant son stand comme si elle était sur le marché de Rungis depuis sept heures du matin. C'est poli, mais hyper stressant quand la vendeuse à une voix nasillarde au possible ! Deuxième option si comme moi vous ne roulez pas sur l'or, privilégiez les Drug Stores !


Me voilà donc partie pour le Drug Store le plus proche de chez moi, à seulement une rue de mon appartement. Les Drug Stores japonais, c'est un savant mélange entre une pharmacie, une épicerie bio et les rayons cosmétique et hygiène de Carrefour. En gros, ya de tout et rien. A peine arrivée je cherche le rayon cosmétique. Entre un rayon dédié au bien-être des pieds et un autre réservé à l'anéantissement des cafards (les Gokiburi sont tes amis!), je trouve enfin le rayon cosmétique. Tout le monde le dit : le teint c'est le plus important en maquillage , et les Japonaises l'ont bien compris à en juger le rayon qui regorge de CC cream, de BB cream, de fonds de teint, de crèmes pour blanchir le teint ou encore de poudres minérales en tout genre. C'est simple : la moitié du rayon est occupée par des produits destinés à sublimer le teint ! Après mettre demandé pendant dix bonnes minutes dans quel ordre on mettait tout ça (ma réponse finale étant “CC cream/BB cream, puis fond de teint, puis poudre minérale et enfin blush”, au cas où ma réflexion intéresserait quelqu'un), je me suis dit que j'allais juste acheter une poudre minérale. Etant donné que j'ai déjà une CC cream à la maison et que je n'ai pas envie de ressembler à une hôtesse de Ginza, je bannis le fond de teint et le blush. Le hic ? Les poudres minérales sont assez foncées. Je suis déjà pâle pour une Française, alors ici je ne vous raconte pas. J'opte donc pour la poudre la plus claire de la marque Kate Tokyo en espérant que ça me donnera un effet “bonne mine” et je me fonce direction le far à paupière. Et là, excellente surprise ! Les mini-palettes sont vendues avec un dessin explicatif pour réaliser un jeu de couleur. Ces mini-palettes restent d'ailleurs super naturelles donc parfait pour moi qui ai les yeux verts (yeux verts= couleurs marrons pour les fars). J'arrête mon choix pour une petite palette de la marque Cezanne à 10 euros environ qui contient 4 couleurs allant du blanc au brun. Dernière étape : le rouge à lèvres. Or, au Japon le rouge à lèvres, c'est pas forcément ça. Si on devait faire une battle “rouge à lèvres VS gloss”, ici c'est le gloss qui serait élu numéro 1. Je m'arrête au niveau des sticks proposés par la marque Media, une marque japonaise dont j'ai entendue pas mal de bien (si on veut schématiser, c'est un équivalent de la marque Bourjois en France pour le niveau qualité/prix) et après un rapide test colo sur ma main, j'opte pour un stick couleur vieux-rose.


Sortie de là avec un rouge à lèvres (environ 8,5 euros), une petite palette (environ 10 euros) et une poudre minérale (environ 11 euros), je m'empresse de tester mes nouveaux achats. Après application de ma CC cream, j'applique la poudre minérale. La couvrance est correcte, et la teinte donne le fameux “effet bonne mine” escompté si tenté qu'on en mette pas trop. Je teste ensuite la petite palette en suivant les dessins explicatifs. Et là ….coup de coeur ! Le rendu est vraiment sympa et naturel. Ca donne un joli dégradé de marron, bref, je suis conquise. Ça compense la grosse déception du test : le rouge à lèvres. Ce stick ne tient absolument rien et brille comme Yuzuru dans son petit costume sur NHK (*Ce mec est trop classe ! Battre son propre record en quelques jours, faut le faire ! Tiens, ça me fait penser qu'il y a des timbres à son effigie à la poste et qu'il est passé à la TV en Hakama. Ca me rappelle quand Teddy avait tout raflé au JO ya quelques années…sauf que quand il est passé à TF1 on lui a pas mis le bonnet phrygien sur la tête. Bref…*). Moi qui aime les couleurs mates, je suis hyper déçue (du rouge à lèvres hein, pas de Yuzuru) ! Je me retrouve finalement avec un stick qui ressemble plus à un gloss qu'autre chose, et vu les autres choix dans le Drug Store je pense que si je veux un “vrai” rouge à lèvres, je vais devoir aller dans un Grand Magasin et y mettre le prix.




Conclusion : Je suis devenue fan des fars à paupières bas de gamme des Drug Stores ! Ok, ça vaut peut-être pas les palettes Urban Decay, mais le rendu est sympa et après une journée de boulot, la poudre reste bien en place, donc médaille d'or pour la palette (que j'ai déjà rebaptisée Yuzuru). Le rouge à lèvres de la marque Media, lui, doit rester aux vestiaires !



#japon #blogjapon #missfrenchyjapan #blogasie #drugstorejapon #maquillagejapon #beautéjapon #maquillagejaponais #drugstoretokyo #modejapon #cezanne #makeupjapon

9 vues