Dans les coulisses de l'orimono, l'art du tissage japonais traditionnel






Noriko Ueta, est professeure de tissage à Morioka, dans la préfecture d'Iwate. Chaque semaine, elle ouvre les portes de son atelier aux visiteurs et leur présente l'art de l’orimono, le travail de la laine.







Bien que l’orimono soit doté d'un nom bien japonais, cette discipline est pourtant issue de la tradition écossaise du travail de la laine, l’homespun.


Importé dans le nord du Japon par des missionnaires anglais au début du 19e siècle, l'art du tissage ne connaît son heure de gloire sur l'archipel qu'au début du 20e siècle, lorsque que Zenzo Oikawa, un artiste de la région d'Iwate, en vulgarise les techniques.


Aujourd'hui, 80 % de la production japonaise d’orimono vient de cette région. Et l'atelier de Noriko Ueta est l'un des sept que compte la petite préfecture.







L’orimono, un travail minutieux




Comme tous les artisanats, l’orimono est un travail manuel qui demande beaucoup de patience et de précisions : plus d'un mois est ainsi nécessaire pour réaliser une étoffe !




Tout commence avec le choix de la laine : Australie, sud du Japon, Nouvelle-Zélande, la laine est bien souvent importée à Morioka par la propriétaire de l'atelier. Son but ? Posséder la matière la plus souple possible pour que cette dernière soit facile à travailler.




Vient ensuite la teinture. La particularité de l'atelier de Mme Ueta est que toutes les pièces qui en sortent sont confectionnées à la main. C'est pourquoi elle et ses élèves n'utilisent que des matières naturelles pour teindre la laine : plantes, fruits, ou encore insectes comme la cochenille pour donner de magnifiques couleurs vermillons, il faut plus d'une journée aux tisseuses pour obtenir un nuancier susceptible de satisfaire leurs esprits créatifs.








Colorée, la laine est ensuite agencée sous forme de petits paquets à l'aide d'un rouet. Cette étape dure alors plusieurs jours. Il est également possible de mélanger plusieurs paquets de couleur différentes afin d'obtenir le ton exact que l'on recherche.







Toutes les couleurs étant préparées, l'étape du tissage peut enfin commencer ! Chaque motif demandant environ 3 jours de travail, trois à quatre semaines seront ainsi nécessaires pour réaliser un foulard de 140 cm de longueur.









Produit d'un savoir-faire exigeant, chaque pièce sera alors vendue entre 20 000 et 40 000 yens (entre 161 et 322 euros). Un prix qui ne semble pas décourager les amateurs de belles étoffes puisque le planning des commandes de Mme Ueta affiche complet jusqu'à la fin de l'année !








Un artisanat féminin




Si c'est bien un homme qui vulgarisa les secrets du tissage de la laine au Japon, ce sont les femmes qui en sont aujourd'hui les principales détentrices. Et elles seraient nombreuses aujourd'hui dans la préfecture d'Iwate à se passionner pour cet art traditionnel ! L'atelier de Mme Ueta compte ainsi 4 élèves, âgées de 27 à 40 ans, qui viennent chaque jour apprendre les ficelles du métier. Selon la professeure, 3 ans sont nécessaires à la maîtrise des techniques les plus rudimentaires de l‘orimono, et 10 pour achever une formation complète.


Mme Ueta, qui pratique l'art du tissage depuis plus de 40 ans, a même suivi un stage de plusieurs mois au Danemark en 1980 dans le but de se perfectionner !



(source : ueta-homespun.jimdo.com)




En savoir plus ?




L'atelier Noriko Ueta Homespun Studio est visitable sur demande, en réservant par téléphone ou sur le site internet de sa propriétaire (version anglaise disponible).


Des expositions de ses travaux ont également lieu annuellement dans toute la région du Tohoku. N'hésitez pas à aller y faire un tour si vous passez par le nord de l'archipel !






Lien utile: Noriko Ueta Homespun Studio https://ueta-homespun.jimdo.com/




Ps: Toutes les photos sans mention sont de moi. Merci de ne pas les réutiliser sans citer la source ^^


#Japon #blogjapon #blogasie #missfrenchyjapan #orimono #orimonojapon #tissagejaponais #tissagejapon #artjaponais #traditionjaponaise #arttraditionneljapon #tohoku #arttohoku #morioka #moriokajapon #artisanatjapon #artisanatjaponais #artmorioka

© 2015 Blog Miss Frenchy Japan, Web Designer Murakami Akihito

DISCLAIMER: sauf mention spéciale, le contenu du blog est ma propriété. La reprise d'information et la citation sont autorisées à condition de me mentionner dans vos sources.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now