Mahika Mano, le café qui “balance” à Kichijoji






(Les photos étant interdites au sein de l'établissement, toutes les photos prises en intérieur sont tirées du site officiel de Mahika Mano)






Aujourd'hui, j'ai découvert Mahika Mano by Hammock 2000 à Kichijoji. Non, ce n'est pas le nom d'un opticien réputé, mais bel et bien celui d'un petit café au concept surprenant : s'accorder une pause gourmande, lové dans un hamac !



Vous n'aurez pas de mal à trouver Mahika Mano. Situé à quelques minutes à pied de la gare, le café se démarque des autres bâtiments environnants par son imposante structure blanche à poutres apparentes. Devant elle, un petit jardin et un hamac vous annoncent d’ors et déjà la couleur : l'endroit se veut moderne et cosy !




(Photos: Un accueil tout en français)




C'est donc sans aucune surprise que vous découvrirez un endroit chaleureux et relaxant une fois les portes de l'établissement passées.


Composé d'une unique pièce, le café se scinde en deux parties : un côté comptoir devant lequel sont accrochés plusieurs hamacs, et un grand espace dans lequel les hamacs paradent au milieu de quelques petites tables blanches.


La décoration y est alors tout à fait minimaliste : quelques tapis blancs ici et là pour rehausser les tons boisés de la pièce, deux ou trois plantes et luminaires suspendus pour donner une touche de couleur à l'ensemble, et une petite banquette de couleur grise au fond de la salle, où plusieurs coussins invitent la clientèle à venir s'y détendre.




(Photos: L'espace principal du café)




J'ai été placée au comptoir.


A peine arrivée, la serveuse, vêtue d'un tablier noir, a choisi un hamac pour moi. En effet, les hamacs ne sont pas tous de la même hauteur, et selon votre taille on vous dirigera vers tel ou tel siège plutôt qu'un autre. Et là, c'est l'instant gênant !


En effet, la serveuse n'avait pas du tout pris en compte mes talons ! C'est pourquoi, au lieu de “dominer” le comptoir, je me suis retrouvée le menton à la limite de ce dernier ! Ne sachant pas comment me dire de changer de hamac, elle m'a alors demandé trois fois si j'allais bien en rougissant, incapable de me demander de changer de place parce qu'elle ne voulait pas m'offenser. Ce n'est que lorsque je lui ai fait comprendre qu'il n'y avait aucun mal à me demander de changer de siège parce que j'étais trop petite (c'est un fait, on y peut rien !), qu'elle s'est confondue en excuses et qu'elle m'a indiqué un autre hamac.




Quelques excuses plus tard, elle me demande si je parle correctement le japonais pour pouvoir m'expliquer les consignes de sécurité qui se résument en réalité en une seule injonction : ne pas trop bouger pour ne pas avoir de mauvaise surprise – aka la chute.


Je n'aurais qu'une seule chose à dire : MERCI ! Enfin quelqu'un qui me demande si je parle suffisamment la langue avant de me noyer sous le keigo !




Le keigo est la forme polie du japonais standard, utilisé dans le secteur du tertiaire. Que se soit au restaurant, à la libraire, ou chez le dentiste, tout rapport client/prestataire de service est régit par l'utilisation du keigo de la part du dit-prestataire de service. Or, ses tournures sont vraiment différentes du japonais standard, et quand on ne les maîtrise pas bien, on peut vite se retrouver complètement noyer sous les formules de politesse et ne pas comprendre l'essentiel du discours, surtout si le vocabulaire utilisé s'avère être très technique à la base.


Malheureusement, j'ai remarqué qu'au Japon, certains restaurateurs ou vendeurs ne savent pas réellement comment agir avec les étrangers. Pour eux, soit vous parlez le japonais, soit vous ne le parlez pas. Il n'y a aucune demi-mesure ! Et c'est très agaçant ! Certes, je comprends tout à fait, que cela peut paraître mal venu de demander à quelqu'un s'il parle votre langue ou non, mais des fois c'est quand même rassurant de savoir qu'on ne va pas vous déblatérer un message appris par cœur sans se soucier de votre compréhension.



(Photo: Les hamacs de la marque Hammock 2000)




Une fois confortablement installée sur mon hamac, j'ai alors pu profiter de l'ambiance relaxante du café : une petite musique de fond aux sonorités jazzy, des petits pots en verres remplis de feuilles de thé et d'épices en face de moi sur le comptoir, une suave odeur de cannelle émanant des cuisines, tout est étudié pour recréer une atmosphère propice à la détente et au bien-être.



(Photo: Mon petit coin de paradis)




En ce qui concerne la carte, cette dernière propose essentiellement des boissons : différentes sortes de thé allant des plus connues comme le Earl-grey aux plus originales comme le thé au caramel ; des infusions ; des latte ; différents types de café ; des sodas ; ou encore des cocktails de fruits ; telles sont les petites merveilles que vous pourrez retrouver au menu de Mahika Mano. Le café propose également quelques plats, tel que leur curry maison, et plusieurs desserts dont le fondant au chocolat, le tiramisu ou encore la tarte aux fruits secs.





(Photos: Les spécialités maison de Mahika Mano)




Vous commencez maintenant à me connaître : j'ai pris un Earl-grey. Et je dois dire que je n'ai pas du tout étais déçue !


Le thé m'a été servi dans une jolie théière en verre accompagnée d'une tasse en céramique (et d'un repose-verre en forme de moufette?!), et une fois n'est pas coutume, on pouvait réellement sentir les arômes de bergamote. Je le classe donc sans hésiter parmi les meilleurs Earl-grey de la capitale que j'ai pu boire jusqu'à maintenant !



(Photo: Je suis tombée amoureuse de ces petites merveilles !)




En ce qui concerne les prix, les tarifs appliqués ici ne sont pas plus excessifs que ceux des établissements voisins. Comptez en moyenne 600 yens (5,20 euros) pour un thé, 600 yens également pour les desserts, et 1 100 yens (9,50 euros) pour une formule lunch, plat et boisson incluse.


À noter que le café propose également de temps à autres des soirées musicales qui ne font pas gonfler la note ! Vous pouvez ainsi venir profiter de l'ambiance de Mahika Manoet découvrir de nouveaux artistes, qu'ils soient professionnels ou simples amateurs, sans craindre pour votre budget.


Une initiative qui mérite d'être saluée, et qui explique sans doute la popularité du salon de thé.




Cosy et bon marché, le café a en effet tout pour attirer en masse une clientèle féminine et jeune. C'est pourquoi, je vous conseille d'y venir en semaine afin d'éviter le bain de foule des weekends après-midis.




(Photos: Guitare sèche, groupe de jazz, quelques exemples de lives auxquels vous pourrez assister chez Mahika Mano)




Je terminerai ce billet en abordant le point faible du café : ses hamacs !


Ils sont tout à fait stables et vous y serez à coup sur en sécurité si tenté que vous ne vous agitiez pas comme un verre un lendemain de pluie dans un jardin, ne vous inquiétez pas ! A contrario, j’émets de sérieux doutes quant au confort longue durée de la chose. Je ne sais pas si ce n'est que moi (ayant eu des problèmes de dos dans l'enfance), mais au bout de 45 minutes passées sur le hamac, j'ai commencé à avoir mal aux reins.


Si comme moi vous êtes facilement sujet aux douleurs, je vous conseille donc de vous ruer sur l'unique banquette située au fond du café. Avec un peu de chance, il y restera bien une petite place pour vous.








Conclusion


Bien que je n'ai pas totalement été convaincue par les hamacs, ce petit café a réussi à me séduire. Le concept est original, le personnel y est très accueillant, et le rapport qualité-prix est tout à fait raisonnable (en ce qui concerne les boissons chaudes tout du moins). Je recommande !






Lien du café : http://mahikamano.com/



#japon #blogjapon #blogasie #missfrenchyjapan #mahikamano #cafétokyo #cafékichijoji #caféjapon #caféhamac #caféhamactokyo #hamactokyo #hamackichijoji #kichijoji

  • Instagram - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Facebook - White Circle

© 2015 Blog Miss Frenchy Japan, Web Designer Murakami Akihito

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now